Les Herbes folles

    |  4 |
    J'aime:
    - Rien n'avait préparé Marguerite à ce qu'on lui vole son sac et que le voleur jetterait le contenu dans un parking, tout comme Georges n'avait pas prévu de se baisser pour le ramasser... Réalisé par Alain Resnais, Les Herbes folles est un drame romantique, aussi fantaisiste que libre.
    Affiche du film Les Herbes folles
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Les Herbes folles

    UTILISATEURS
    (3 pour 89 notes)
    + Fiche complète

    Les Herbes folles : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film On connaît la chanson
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pas sur la bouche
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Smoking / No Smoking
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Aimer, boire et chanter
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La vie est un roman
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Coeurs
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Les Herbes folles

    Marguerite n'avait pas prévu qu'on lui volerait son sac à la sortie du magasin. Encore moins que le voleur jetterait le contenu dans un parking. Quant à Georges, s'il avait pu se douter, il ne se serait pas baissé pour le ramasser.

    Photos du film Les Herbes folles

    Ajouter une photo du film Les Herbes folles

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Les Herbes folles
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Les Herbes folles

    Ajouter une liste au film Les Herbes folles
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...
    Les votes sont clôts! Merci pour votre participation à tous! Retrouvez les 30 meilleurs films élus par vous à l'adresse ci-dessous. Vous pouvez bien sûr continuer à voter pour les films qui vous ont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Les Herbes folles
    NicoMyers
    Le 24/11/2009
    41 critiques
    Le nouveau film d’Alain Resnais s’ouvre sur une scène déjà culte : le vol du sac à main de Marguerite Muir, dont on sait qu’elle a des pieds peu communs. En quelques images, Les Herbes folles s’impose comme la perle cinématographique de cette année 2009 et l’aboutissement de l’œuvre d’un grand artiste. Resnais y explore une fois de plus et avec génie les méandres de nos pensées, les fonctionnements et disfonctionnements de notre cerveau. Son dernier joyau est une œuvre folle, libre et novatrice, bien que le réalisateur soit fidèle à ses principes. Il engage Azéma, Dussollier, fait même un clin d’œil en offrant un petit rôle à Roger Pierre qui s’inquiète d’être trop vieux pour revoir un jour sa dentiste (qu’on ne s’inquiète pas, Resnais, lui, compte bien tourner à nouveau dès l’été prochain), et, bien sûr, il puise comme toujours sa créativité d’une adaptation. Cette fois, il explore le style bref et saccadé de Christian Gailly et de son « Incident », dans lequel une pensée vient toujours en chasser une autre.

    Le résultat de cette association de talents, un des films les plus brillants de Resnais, à mettre aux côtés des premières expérimentations, L’année dernière à Marienbad et Hiroshima mon amour. De ces deux chefs d’œuvre, Resnais reprend notamment les trous de mémoire et la confusion, mais aussi une voix-off omniprésente. Elle se fait cette fois omnisciente, connaissant jusqu’aux moindres hésitations des personnages et leurs dialogues intérieurs. Elle semble aussi être celle d’un auteur, qui pourrait gommer, rayer, hésiter et reprendre un fil de l’histoire laissé en suspens – on retrouvait cette même possibilité d’interrompre le récit à tout moment, et l’impression de voir l’intrigue s’écrire sous nos yeux dans Providence et, de manière plus aboutie, dans le génial diptyque Smoking / No Smoking. Resnais s’amuse d’abord à faire surgir le mot fin trop tôt (la citation de Flaubert aux deux tiers du film produit le même effet de surprise), puis à conclure sur une réplique absurde. Il crée un puzzle d’une complexité folle, bien décidé à faire partir son film dans tous les sens. Un onirisme étrange (David Lynch, prenez garde !), mêlant le ton de la comédie à une ambiance fantastique, enveloppe les personnages de mystère. Après Azema/Charlotte dans Cœurs, c’est au tour de Dussollier de prêter ses traits à un névrosé énigmatique. Il s’agit de Georges Palet, dont le passé opaque semble lui donner un grand sentiment de culpabilité – un passé de meurtrier ? Alors qu’on salive d’en savoir plus sur l’inquiétant Palet, lui-même s’éprend d’une femme dont il ne connaît que la photo d’identité – c’est Sabine Azéma. Resnais prend bien soin de ne pas montrer son visage pendant 20 bonnes minutes, et d’en faire une simple silhouette filmée de dos. Evidemment, inutile de préciser que les deux acteurs sont au sommet de leur art. Dussollier, particulièrement génial dans les élans de folie de son personnage, excelle dans une scène de paranoïa face aux policiers campés par Amalric et Vuillermoz, tout droit sortis d’une farce vaudevillesque.

    De son côté, Resnais met tout son art au service d’une mise en scène virtuose, enchanteresse et virevoltante, adoptant une photographie chatoyante, le tout semblant répondre à la gravité de Cœurs, son précédent opus "neigeux". Il n’hésite pas à semer les fondus au noir qui viennent couper court aux dialogues, à multiplier les flash-back (les inserts multiples du sac à main voltigeant et du portefeuille ramassé par Palet) et les images évocatrices (Dussollier marchant à reculons, les yeux fermés, devant un cinéma – scène se concluant par une jolie fermeture à l’iris). Dans le même esprit, il engage Mark Snow, compositeur de la B.O. de la série X-Files, dont la partition tantôt jazzy, tantôt oppressante, colle à l’univers du film.

    Avec ses Herbes folles, Resnais frappe encore très fort et offre peut-être son oeuvre la plus vivante et rythmée, un bonheur pour les mirettes, une création osée dans laquelle tout est possible. Face à cette folie, il est probable que certains spectateurs soient rebutés et ne parviennent pas à entrer dans son jeu. Les autres, prêts à apprécier ce met savoureux que ce (trop) modeste chef nous a concocté, jubilerons - ou plutôt prendrons leur pied, pour citer le film.

    Site web:  http://myplanity.centerblog.net
    BIBI62
    Le 07/11/2009
    127 critiques
    Ce dernier Alain Resnais était rentré de Cannes avec un curieux prix, un Prix exceptionnel du Jury, certains y avaient vu plutôt un hommage, les critiques apparaissaient divisées sur le film et en fait on peut comprendre pourquoi après l'avoir découvert.
    Car en effet c'est un film très original, partant pourtant d'un scénario assez mince, adapté d'une nouvelle "L'incident".
    Original par son ton, à la fois comédie fantaisiste et presque surréaliste parfois, original par sa mise en scène qui nous perd un peu, souvent même, à l'image d'un récit qui ne sait jamais où il va, nous donnant presque une sensation de vertige, mais un vertige bienheureux, comme dans un rêve.
    Ces deux personnages qui vont forcément devoir se rencontrer, suite à cet "incident", et qui font tout pour s'éviter, malgré la poussée du désir qui rentre en eux comme pousse une herbe folle, insidieusement, nous sont présentés comme des êtres un peu étranges, on sait peu de choses sur eux, surtout sur Georges qui refoule souvent des pulsions meurtrières dont on a pas la clef, à l'humeur variable, pouvant passer en un instant de la douceur à la colère, énigmatique et sans cesse borderline.Borderline le film ose aussi l'être, et comme des herbes folles des morceaux de scènes inattendus, cocasses, jubilatoires ou curieux poussent et envahissent l'histoire pour mieux encore noyer une quelconque compréhension rationnelle au récit.
    Car en effet ce qui fait la force de ce vaudeville c'est sa liberté de ton, la fantaisie jouissive d'un cinéaste encore vert qui nous perd pour mieux nous enflammer.
    Saluons également la belle lumière du film, toutes ces scènes admirablement colorées par cette lumière chaude presque automnale, à l'image de la splendide scène de la première apparition de Marguerite, filmée de dos, cette lumière enveloppant magnifiquement la chevelure sauvage, autre herbe folle, de Melle Muir.
    Alors évidemment pour interpréter cette fantaisie pleine d'insolence et de folie il fallait deux interprètes au diapason et là Resnais a fait appel évidemment à ses deux complices: André Dussollier est une nouvelle fois superbe, à la fois amusant, intrigant, irrationel, il apporte à la fois sa classe, son charisme et toute sa fantaisie naturelle, pareil pour Sabine Azema dont la chevelure est ici le reflet idéal à sa déraison et son incapacité à planifier correctement son désir.Deux grands acteurs dont la fantaisie se marie à merveille à cet univers.
    Parmi les nombreux seconds rôles notons les apparitions réjouissantes de Mathieu Amalric et de Michel Vuillermoz, roulant de gros yeux , épatants en policiers un peu hallucinés.
    Malgré une dernière demi-heure un peu plus en demi-teinte, l'ensemble dégage assez de folie et de charme pour nous envoûter (même si on peut comprendre qu'elle puisse en dérouter certains), grâce à une histoire souvent loufoque et absurde mais absolument pas "prise de tête", il sufit de se laisser emporter comme dans un rêve aérien, et cette herbe folle qui pousse au milieu d'un cinéma français d'une pauvreté assez affligeante parfois, alors là on peut le dire, le bonheur est dans le pré!

    MA NOTE: 15/20

    Site web:  http://lecinedejo.blogs.allocine.fr
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites